[Compte-rendu réalisé par Thierry Ernst, diffusé sur la liste des membres G6. Merci à lui !]

Mr. Besson, Ministre auprès du ministre de l’Economie, des Finances et de l’Industrie, chargé de l’Industrie, de l’Energie et de l’Economie numérique, a réuni le 1er septembre les principaux acteurs IPv6 en France.

Participants

La réunion a rassemblé une quarantaine de personnes:

  • G6, AFNIC, ISOC France, Cap Digital
  • opérateurs (Renater (représenté par Bernard Tuy), Nérim, Free, SFR, Orange, Bouygues)
  • équipementiers de coeur de réseau (Cisco, Alcatel)
  • fournisseurs des boitiers ADSL (Sagemcom, Technicolor)
  • hébergeurs
  • CIGREF (vision utilisateur)

5 membres du G6 étaient présents:

  • Pierre Françon et Thierry Ernst représentant le G6
  • Bernard Tuy représentant Renater
  • Mohsen Souissi, représentant l’AFNIC
  • Lionel Hoffmann, représentant Bouygues

Déroulement de la réunion

La réunion est gérée par Mr. Prévost, conseiller de Mr. Besson, en charge de l’économie numérique.

Le discours d’ouverture de Mr. Besson est disponible sur Facebook.

Suite au discours, parole est donnée au représentant de la DISIC. Notre Bernard Tuy a ensuite l’insigne honneur de commencer le tour de table des invités, par une présentation, peut-être trop générale au démarrage, mais au fond très bien faite et permettant de placer le débat bien comme il fallait, et donnant tout le crédit du déploiement IPv6 de Renater au G6 (merci).

Suite aux propos de Bernard, il est naturel selon Mr. Prévost que la prise de parole échoie au G6, puis à l’ISOC France. Mr. Prévost demande ensuite aux opérateurs sans nommer lesquels s’ils souhaitent éventuellement s’exprimer (admirez la figure de style), puis de même aux équipementiers. Tout à tour s’expriment ainsi Free, Bouygues, Orange, SFR, Sagemcom, Technicolor, Alcatel-Lucent, Cisco.

Enfin à l’AFNIC clôture les débats par une présentation et signale aussi le rôle joué par le G6 (merci). Mr. Besson quitte la réunion à ce moment. Suivent ensuite l’intervention du CIGREF, Cap Digital, et Nérim qui clôture les débats.  Mr. Prévost tire ensuite les conclusions de la réunion.

Intervention du G6

Dans mon interventions j’ai soulevé les points suivants:

  • préciser que la question du déploiement IPv6 n’est pas limitée à la question des opérateurs
  • parler du besoin de formation (soulignée par Besson dans son discours)
  • parler du besoin de dissémination
  • parler du besoin de créer un cercle vertueux
  • parler du besoin d’utiliser les outils disponibles, tels les appels du Grand Emprunt, les appels d’offre publiques (souligné par Besson dans son discours), les Pôles de Compétitivité, ce qui m’a valu d’être interrompu par Besson, qui précise que rien n’empêche de soumettre des propositions de projets. J’ai répondu que les partenaires des projets candidats ne sont pas sensibilisés à la question IPv6 et que donc ces outils ne sont pas utilisés en faveur d’IPv6. Il faut des incitations de l’Etat.

Pierre Françon a donné quelques précisions, notamment le besoin de créer de la demande et l’occasion manquée dans le secteur de la monétique (qui est passé d’X25 à … IPv4).

La position du G6 centrale en face du ministre, et le temps de parole donné avant les opérateurs et autres acteurs témoigne de l’intérêt donné au G6. Les propositions d’intervenants faites par le G6 ont été suivies (notamment Renater et Cap Digital) – mis à part les PMEs pour les raisons données la semaine dernière – ainsi que l’articulation de certaines idées du discours de Besson (notamment concernant le véhicule connecté).

J’avais respecté la consigne d’un temps de parole de 2 à 4 minutes que m’avait donné la veille Mr. Prévost, mais étant donnée la tournure de la réunion,  je pense que j’aurais pu m’exprimer davantage et élaborer plus mon intervention. J’ai notamment omis de parler de l’avis du CGTI et de ses recommandations de confier une mission au G6 (à la TFF dans le texte).

 

Temps forts dans les autres interventions

Les interventions de la majorité des participants sont assez consensuelles, ou attendues, selon l’intervenant. On note cependant:

- Intervention du CIGREF: La position du CIGREF est indéniablement la plus intéressante des interventions, car l’étude qu’elle a mené auprès des entreprises utilisatrices permet d’éclairer la difficulté qu’ont les entreprises à trouver les motivations permettant de déployer IPv6. Selon le CIGREF, le projet de passage à IPv6 est d’une ampleur comparable au passage à 2001. Cette intervention permet aussi je l’espère au Ministre de se convaincre du besoin de l’intervention de l’Etat.

- Intervention de Free: souligne que notre pays se distingue sur l’aspect accès. En revanche, Free souligne la difficulté au niveau des services où une prise de conscience est nécessaire. Dans le milieu professionnel, tout un eco-système est à mettre en place. Free prend l’exemple des terminaux de paiement non disponibles (allusion à l’intervention de Pierre Françon). Cela nécessite l’intervention de l’Etat (actions incitatives).

- Intervention d’Orange: Orange soulève le besoin d’évangélisation, et pour cela, le nécessaire support de l’Etat.

- Intervention de SFR: besoin d’une date butoir à laquelle les sites seront accessibles en IPv6

- Intervention de Nerim: Nerim a demandé un temps de parole en fin de réunion pour préciser un élément non traité par les autres intervenants. Nerim, qui est précurseur dans le déploiement d’IPv6 (depuis 2002) précise qu’opérateurs, équipementiers et fournisseurs de contenus se renvoient constamment la balle mais que le passage rapide requiert que les opérateurs prennent leurs responsabilités. Nerim précise aussi que cela doit se faire au-delà du niveau national et qu’une position favorables des USA est nécessaire. Nerim précise surtout que d’ici quelques mois il ne sera plus possible de fournir des services ADSL aux entreprises (nouveaux clients) et qu’il faudra donc partager les adresses IPv4 restantes.

- Intervention de Bouygues: Bouygues précise que la problématique n’est pas la même pour les réseaux cellulaires et ADSL. Pour les réseaux cellulaires, les terminaux compatibles IPv6 font encore largement défaut et cela freine donc le déploiement IPv6. Pour les réseaux fixes, il faut remplacer tous les boîtiers ADSL (ce que réfute de la tête l’intervenant de Free).

- Intervention équipementiers: grosso-modo, les équipements sont disponibles, mais la question de la migration et de la disponibilité de contenu accessibles en IPv6 est centrale (Sagemcom). IPv6 permet des avancées notoires (Alcatel-Lucent) et est une opportunité gigantesque (Technicolor). Cisco souligne qu’IPv6 n’est que la continuité d’IPv4 et que donc il est extrêmement difficile de justifier les investissements nécessaires pour faire la même chose qu’en IPv4 (perception des utilisateurs).

Conclusions

Ce qu’il faut retenir, en plus de ce qui est mentionné dans le discours de Besson (circulaire, réseau inter-ministériel de l’Etat et interne aux ministères haut-débit IPv6 natif, compatibilité systématique à IPv6 des matériels et services dans les commandes publiques) et les temps forts relevés ci-dessus:

- la DISIC réalisera une consultation au premier semestre 2012 au sujet du réseau inte-ministériel de l’Etat

- Avant de s’absenter, Mr. Besson souligne:

  • la nécessaire accélération
  • le besoin de formation et de pédagogie
  • la nécessaire cohabitation des deux protocoles
  • l’Etat peut être un exemple, incitateur, aiguillon, mais d’autres éléments appartiennent à d’autres acteurs
  • un plan France numérique 2020 est en préparation (les conclusions du plan France numérique 2012 seront tirées)
  • le 30 novembre: présentation des orientations pour 2020

- Mr. Prévost, en conclusion de la réunion, retient la question de l’innovation et de la sensibilisation (donc les points essentiels défendus par le G6) et demande de lui transmettre nos propositions pour avancer sur ces deux sujets et alimenter le plan d’action.

 

2 Réponses to “Compte rendu de la réunion IPv6 au ministère”

  1. [...] M. Eric Besson, ministre chargé de l’économie numérique, a réuni le 1er septembre les acteurs du déploiement IPv6, dont le G6, afin de faire le point sur les actions envisageable au niveau de l’état. Il en est ressorti 2 décisions majeurs : une circulaire va inciter la mention d’IPv6 dans les appels d’offre de l’état et IPv6 sera déployé sur le futur réseau inter-ministériel. Voilà déjà deux actions concrètes qui, en plus de cette réunion, montrent qu’IPv6 est reconnu par l’état comme un sujet majeur dans l’économie numérique. Retrouvez le discours d’Eric Besson ainsi que le compte-rendu réalisé par le G6. [...]

  2. on 10 sept 2012 10 h 53 minbstevant

    Comme je n’ai pas retrouvé le lien sur le site, voici où trouver la circulaire Besson :
    http://circulaires.legifrance.gouv.fr/pdf/2011/12/cir_34250.pdf

Trackback URI | Comments RSS

Laisser une réponse